Des sextoys sans danger pour le corps

Vos valeureux compagnons d'aventures érotiques vous promènent à travers des avalanches de dopamine, et c'est merveilleux. Cependant, pour peu qu’ils soient conçus sans considération sanitaire, ils peuvent aussi se révéler être de néfastes perturbateurs pour votre corps. Voici quelques explications sur les enjeux de santé dans le milieu des sextoys et sur notre positionnement face à ces questions.

1. A la base du problème : aucune régulation des sextoys

Vide juridique

En France, il n’y a aucun contrôle sanitaire sur les jouets érotiques. Les seules lois s’appliquant à votre vibromasseur fluo préféré visent seulement à empêcher les mineurs d’y accéder, et de manière générale à limiter sa visibilité dans l’espace public. Il faut dire que l’on revient de loin avec l’encadrement juridique des sextoys. Pour donner un ordre d'idée, les vendeurs étaient condamnés à de la prison ferme pour « outrage aux bonnes mœurs » jusqu’aux années 1970.

Aujourd’hui, les sextoys sont vendus en tant qu'appareils de massage ou simplement en tant qu'objets de décoration, car même si cette activité est désormais autorisée, elle n'a pas vraiment de cadre légal. Bien qu'ils soient manifestement destinés à un usage intracorporel, les sextoys ne sont pas considérés comme des dispositifs médicaux. Ainsi, la seule règlementation qui s'applique est très généraliste (Article L.421-3 du Code de la Consommation par exemple) et les sextoys échappent à toute véritable contrainte de fabrication. Les phtalates, le bisphénol-A, et de nombreux autres produits chimiques dont la toxicité est reconnue sont ainsi légalement admis à se frotter contre nos muqueuses.

Les fabricants ne sont malheureusement pas non plus tenus d’afficher la composition de leurs sextoys. Les mentions ambigües sont d'ailleurs monnaie courante, comme par exemple "Sextoy en silicone” sur un objet qui contient en réalité seulement 20% de silicone et 80% de… mystère.

Conséquences

En 2006, Greenpeace a mené une étude (accessible ici) en analysant la composition de 8 sextoys. 7 sur 8 contenaient des phtalates, des produits chimiques reconnus comme toxiques et bannis dans plusieurs domaines d'activité impliquant pourtant un degré de contact avec le corps humain inférieur à celui des sextoys. Les proportions de phtalates allaient de 24% à 51% des objets analysés. Le porte-parole de Greenpeace, Bart Van Opzeeland, n’avait jamais observé une telle concentration dans tous les biens de consommation qu’il avait pu étudier auparavant.

Rassurez-vous, le tableau n'est pas tout noir pour autant ! De nombreux fabricants apportent beaucoup d'attention aux matériaux qu'ils utilisent, et il est aujourd'hui assez facile de trouver des sextoys sains. De plus, malgré l'absence de régulation, les analyses du marché des sextoys indiquent une diminution de leur toxicité depuis la fin des années 2000. La médiatisation des problèmes liés aux phtalates et l’activisme des associations sex-positive y a considérablement contribué.

Félicitations à toutes les personnes qui ont participé à cette évolution !

2. Quels risques pour la santé posent les sextoys ?

Toxicité

La présence de certains produits chimiques nocifs peut rendre les sextoys toxiques. Ceux qu'on retrouve le plus couramment sont :
  • - Les phtalates
  • - Le bisphénol-A (BPA)
  • - Le cadmium, et autres métaux lourds
  • - L’acrylamide
  • - Des composés organiques volatils
  • - Les solvants (phenol, toluène...)

Evidemment, ces substances ne sont pas indiquées sur les emballages. Mais vous pouvez les éviter en vous tenant à l’écart des fabricants qui n’indiquent pas le contenu de leurs produits.

Les risques diffèrent bien sûr selon chaque substance et sa concentration, mais dans l'ensemble les effets d'une application sur les muqueuses génitales sont considérables : perturbation du système hormonal et des cycles menstruels, diminution de la fertilité, dommages aux reins et au foie, développement de cancers...

Porosité

Un sextoy est dit poreux si des micro-organismes peuvent pénétrer puis proliférer à l’intérieur de celui-ci. Un sextoy poreux fonctionne un peu comme une éponge : il absorbe les lubrifiants et les fluides corporels, et nourrit ainsi des colonies de virus, de bactéries et de champignons à l’intérieur, sans que cela ne soit forcément visible à l’oeil nu.

Le problème avec un sextoy poreux, c’est qu’il est impossible de le nettoyer. Même en utilisant de l’eau bouillante, un lave-vaisselle, ou des produits nettoyants spécifiquement destinés aux sextoys, la présence des micro-organismes persistera à l’intérieur de l’objet.

Parce qu’ils sont des nids à microbes, les sextoys poreux entraînent des infections bactériennes (syndrome du choc toxique) et contribuent à transmettre les MST.

Les principaux matériaux à choisir pour des sextoys non-poreux sont le métal, le verre et le silicone réticulé au platine. S'ils sont adéquatement vernis, le bois, les pierres et de nombreux matériaux peuvent être non-poreux. Mais il faut alors s'interroger sur la toxicité du vernis, qui sera directement en contact avec notre corps...

3. Seulement deux ingrédients pour la composition de nos Daemon !

99% : Silicone biocompatible

Qu’est ce que c’est ? Le silicone est issu de la silice, c’est-à-dire du quartz/sable. Ce n’est donc pas un plastique, il ne provient pas de l’industrie pétrochimique. Dans l'industrie des sextoys, on peut distinguer deux familles de silicone :

  • 1 - Le silicone catalysé au peroxyde. Légèrement poreux, rapidement déformé, et pas vraiment recommandé pour la santé. On le réserve plutôt aux usages uniques ou peu exigeants.

  • 2 - Le silicone catalysé au platine. Plus cher mais non-poreux, stable, et atoxique. Il est très bien adapté à un usage sur le corps. On l’utilise notamment pour les prothèses médicales, les tétines des biberons des bébés ou encore les coupes menstruelles.

Nous avons fait le choix d’utiliser uniquement du silicone biocompatible catalysé au platine. Ce silicone a passé différents tests afin de pouvoir être utilisé en contact avec le corps humain (il est certifié ISO 10993-10, Évaluation biologique des dispositifs médicaux, Partie 10). Il est atoxique, non-irritant, hypoallergénique, et ne rejette pas de substance contrairement aux plastiques et aux élastomères des sextoys de mauvaise qualité.

Étant non-poreux et bactériostatique (= limite le développement des bactéries à sa surface) il peut facilement être nettoyé et stérilisé. Vous pouvez utiliser de l’eau et du savon ou le plonger quelques minutes dans l’eau bouillante.

Il est également extrêmement durable  : il résiste aux variations de température, aux UV du soleil, à l'eau salée, au point de conserver ses propriétés pendant plus de dix ans !

Notre silicone est entièrement fabriqué aux Etats-Unis et n'a ainsi aucun souci de traçabilité.

1% : Nacres responsables

A la base, notre silicone est translucide. Pour obtenir nos différentes teintes, nous le pigmentons. Nous utilisons de multiples techniques, mais toujours basées sur le même ingrédient : des nacres

Ce sont des minéraux sains pour le corps, souvent utilisés pour donner un aspect scintillant dans le secteur du maquillage. Nous n’utilisons pas de mica pour des raisons sanitaires (potentielle présence de métaux lourds) et des raisons éthiques (ils proviennent souvent de circuits opaques lié au travail d’enfants dans des mines (Voir ici).

Et c'est tout ! Il n'y a que ces deux ingrédients dans la composition de nos Daemon. Nous n'utilisons jamais de phtalate, ni de BPA, ni de solvant et autres produits chimiques douteux !

Voir aussi...

Ecoresponsable

Artisanal

Non-genré